James Benning
Two Cabins

Du 6 septembre au 3 novembre 2018
Vernissage le 7 septembre de 17 h à minuit

Facebook

 

Comme en périphérie du regard puisque souvent ce qui interpelle se situe hors champ, les œuvres d’Ismaïl Bahri, James Benning, Ralitsa Doncheva et Miriam Sampaio réunies ici documentent soigneusement l’occupation d’un lieu qui serait pour des motifs tant politiques que personnels seul témoin, voire légataire, d’évènements passés ou anticipés, figurant un exil souhaité ou imposé, permanent ou passager.

 

Entre l’été 2007 et 2008, Benning construit la réplique de deux cabines emblématiques : celle d’Henry David Thoreau, un philosophe, naturaliste et poète américain reconnu pour sa position antiségrégationniste et son mode de vie qui inspire encore les adeptes de la simplicité volontaire, et celle de Theodore John Kaczynski (le «Unabomber»), un mathématicien, militant écologiste et néoluddite accusé d’avoir commis 16 attentats sur presque 20 ans, causant plusieurs morts et blessés.  

L’œuvre Two Cabins (2011) juxtapose très simplement la vue d’une fenêtre de chacune des deux cabanes et, bien qu’à première vue ce soit la valeur transcendantale de la nature qui semble invoquée, ce sont symboliquement certains principes fondamentaux propres à la culture américaine qui sont incarnés et confrontés par ces images: la portée, le sens et les limites de la liberté individuelle, le rapport entre la démocratie et la désobéissance civile, entre l’évolution technologique et la protection de l’environnement. 

FC


James Benning est né en 1942 à Milwaukee dans le Wisconsin (États-Unis). Avant de se consacrer au cinéma, il étudie les mathématiques et devient professeur. À partir de 1971, apparaissent ses premières réalisations cinématographiques qui s’inspirent du cinéma expérimental et du mouvement structuraliste. Il s’installe ensuite à Val Verde (Californie) en 1988, où il enseigne le cinéma à la California Institute of the Arts. Son cours le plus populaire intitulé « Listening and Seeing » résume les fondements de sa pratique artistique: elle consiste à prendre le temps d’observer et écouter avec plus d’acuité ce qui nous entoure. Ce geste de prime abord passif implique pourtant une réelle participation au monde. Son travail a largement été présenté dans le monde entier lors d’expositions ou de festivals de cinéma. Citons le Jeu de Paume à Paris (France), le International Film Festival Rotterdam (IFFR), les Rencontres internationales du documentaire de Montréal ou plus récemment, le Berlin International Film Festival. Il a notamment participé à des expositions collectives au Kunstmuseum Basel en Suisse (2013), au Fridericianum à Kassel (2014) et au Walker Art Center à Minneapolis (2002). Depuis 2011, la galerie berlinoise neugerriemschneider le représente. Tourné uniquement en 16mm, ses films sont aujourd’hui restaurés et conservés au Austrian Film Museum à Vienne.


+


Dazibao remercie l'artiste de sa généreuse collaboration ainsi que son comité de programmation consultatif pour son soutien.

Dazibao reçoit l’appui financier du Conseil des arts et des lettres du Québec, du Conseil des arts du Canada, du Conseil des arts de Montréal, du ministère de la Culture et des Communications et de la Ville de Montréal.